Mar 06

Quels indicateurs suivre pour optimiser votre maintenance ?

Posté par : Kieran Le Peron / Etiquettes : , ,

Quels indicateurs suivre pour optimiser votre maintenance ?

Les pannes et les interruptions de service portent atteinte à la productivité et à l’efficacité de l’activité d’une entreprise, quelle qu’elle soit. Et plus l’entreprise est grande et son infrastructure complexe, plus les effets de bord sont importants quand un équipement ou système vient à dysfonctionner.
 
Aujourd’hui, de nouvelles technologies en plein développement, comme les objets connectés, permettent de faire « parler » en continu les équipements et de mettre en place des process de « maintenance préventive » voire même de « maintenance prédictive ».
 
Les opérateurs de maintenance sont désormais capables d’intervenir avant même qu’une panne ne se produisent grâce à l’analyse en continu des données émises par chaque équipement connecté. Ce n’est pas encore une généralité, mais la place de ces équipements « intelligents » s’accroît chaque jour un peu plus. Les acteurs de la maintenance s’adaptent à ce nouveau contexte et mettent en œuvre des process de services de mieux en mieux intégrés aux processus industriels de leurs clients, afin de réduire l’impact des actions de maintenance sur le rythme de production ou l’activité de leur entreprise.

Internet des objets et analyse de données : le nouveau cadre de la gestion d’interventions de maintenance

L’usage d’un logiciel de gestion d’interventions permet aux opérateurs de maintenance de structurer des plans de maintenance avec plus de précision et d’efficacité dans les actions à mener. Le développement de nouvelles technologies comme l’Internet des Objets et l’analyse des données toujours plus poussée, basée sur ce qu’on appelle les Big Data, permet de passer de la maintenance curative ou passive, à une nouvelle forme de maintenance proactive.
 

Des équipements « intelligents » et de plus en plus « bavards »

Ainsi, le mainteneur va intervenir sur l’équipement juste avant qu’une panne ne se produise, à partir d’un calcul de probabilité opéré via une analyse continue des données émises par cet équipement « connecté ».
 
Le développement de la technologie « cloud » permet de faire avancer ce nouveau type de maintenance, en permettant de stocker dans « le nuage » des volumes de données toujours plus importants, en toute facilité. Ces données sont autant de sources d’informations directement accessibles pour les systèmes de calcul algorithmiques qui vont définir des tendances, calculer des probabilités d’occurrence de pannes sur tel ou tel type d’équipement. Ce qui paraissait de la science-fiction il y a encore quelques années fait désormais partie du paysage professionnel des opérateurs de maintenance.
 

Un développement rapide de l’Internet des Objets dans le secteur maintenance

Et ces nouveaux modes d’intervention sont amenés à prendre rapidement de plus en plus de place car tout le monde y gagne : l’opérateur dont les actions sont toujours plus précises, justifiées et rentables, et le client dont les opérations sont de moins en moins bloquées ou entravées par des pannes intempestives. On peut parier que dans les 10 années à venir, le nombre d’équipements connectés aura définitivement explosé et les opérateurs de maintenance seront, dans leur grande majorité, équipés des logiciels de gestion d’interventions et des technologies leur permettant de gérer cette maintenance préventive, voire prédictive.

Les indicateurs clés pour optimiser la maintenance

Dans ce contexte de forte poussée d’innovations technologies, les opérateurs de maintenance vont devoir mettre rapidement en place des indicateurs pour surveiller et suivre, pour ainsi dire en direct, l’évolution de l’état de fonctionnement du parc d’équipements de chacun de leurs clients. Chaque client rêve d’un parc doté d’une durée de vie maximale avec un minimum de coûts de réparation, de maintenance ou de modernisation.
 
Grâce aux équipements connectés, aux technologies d’analyse intelligente des immenses volumes de données qu’ils émettent, la gestion d’interventions de maintenance devient une activité de plus en plus réactive et précise, basée sur des indicateurs de performance qui peuvent être établis et suivis grâce aux données émises par les équipements.
 
En voici quelques-uns qui valent le coup d’être suivis :
 

Temps moyen de rétablissement

Il s’agit du temps de rétablissement moyen après l’occurrence d’une panne sur un équipement. Cet indicateur permet de savoir combien de temps est nécessaire, en moyenne, pour détecter et localiser une panne et remplacer la pièce défectueuse.
 
En tant que tel, le temps moyen de rétablissement permet de connaître l’état de disponibilité général d’un équipement. Pour être bon, cet indicateur doit présenter une valeur chiffrée la plus faible possible.
 

Temps moyen de panne

Le temps moyen de panne correspond au temps nécessaire pour réparer un équipement défectueux après une panne. A la différence du Temps moyen de réparation, le Temps moyen de panne inclut toute la durée des opérations de réparation et de maintenance, ainsi que tous les délais causés par les temps de livraison des pièces, le remplacement, et les tentatives infructueuses en dehors de la maintenance planifiée à l’avance. L’équipement ne fonctionne pas durant le temps moyen de panne. Ici aussi, cet indicateur doit présenter une valeur chiffrée la plus faible possible.
 

Efficacité globale des équipements

L’indicateur d’efficacité globale des équipements permet de dégager des tendances concernant la productivité et la valeur ajoutée d’un système ou d’un parc d’équipements, mais également concernant les pertes inattendues de productivité ou de valeur ajoutée durant des périodes opérationnelles sans arrêts de maintenance prévus (exemples : temps de maintenance planifiés, weekends, etc.). Les facteurs à prendre en compte pour calculer l’efficacité globale des équipements d’une entreprise sont la disponibilité, le service et la qualité. Toutefois, compte-tenu d’un contexte propre à chaque entreprise, cet indicateur doit être établi « sur mesure » d’une entreprise à l’autre. Il est difficile d’établir des niveaux ou des seuils génériques.
 

Comment identifier les indicateurs essentiels pour votre maintenance

La notion d’indicateurs prend de plus en plus d’importance, tant dans la gestion d’entreprise que dans les secteurs techniques ou la maintenance, révélant ainsi de nombreuses opportunités d’identifier et d’exploiter des gisements d’amélioration des performances. Tout ceci est rendu possible par les progrès récents réalisés en matière d’analyse des données.
Pour les opérateurs de maintenance et même leurs clients, il est possible de trouver plus d’informations sur les indicateurs clés en matière de maintenance en consultant les standards européens tels que le DIN EN 15341 (sur les indicateurs de performance pour la maintenance) ou le DIN 31051 (sur les principes de maintenance).
 
Pour terminer, suivre les bons indicateurs permet non seulement de détecter des gisements potentiels d’amélioration pour la productivité et l’efficacité des process de maintenance, mais également de sourcer les potentiels de réduction des coûts de fonctionnement des équipements techniques d’une entreprise.
 
Tout chef d’entreprise devrait donc se pencher sur le sujet avec la plus grande attention.
 

Articles similaires :

A propos de l’auteur

Kieran Le Peron est Directeur Marketing et Communication chez Praxedo, leader des logiciels de gestion de répartition pour les techniciens. Il est spécialiste du brand content et responsable de l’animation du blog Praxedo dédié aux thématiques de la gestion des interventions terrain.

Essayez le leader Praxedo

Pas d'engagement, pas de carte bleue demandée
une bonne idée, faites un essai gratuit
Essai gratuit

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience sur notre site. Pour en savoir plus, cliquez ici.